Valeurs et principes de Paysans Terre Mer

En réponse réactive et proactive, ou  résiliente, aux premiers effets du réchauffement climatique, de la malnutrition, et de la perte du « vivre ensemble », il est envisagé de conjuguer l’ensemble des compétences pour développer sur le littoral méditerranéen une agriculture innovante terre mer de type paysanne, en économie circulaire, avec une gouvernance partagée entre tous les acteurs  du territoire : citoyens, associations, entreprises, collectivités et institutions
Cette première étape, par effet domino, conduira les autres développements, tels que l’habitat en système coopératif, l’économie locale tertiaire affiliée, en vue de construire une nouvelle organisation sociale, correspondant aux enjeux du territoire et à la demande de ses habitants.
 
Une nouvelle agriculture paysanne riche de lien social, reconnectée sur l’énergie du soleil et du vent
Une démarche intergénérationnelle pour « rajouter des années à la vie » et « de la vie aux années ».
 
Pour atteindre ces objectifs, l’association « Les Paysans de la Mer » s’attachera notamment à développer un modèle social respectueux des hommes et de la nature, avec une production de légumes, céréales, fruits, poissons et crustacés élevés sans engrais ni pesticides en zone lagunaire et littorale, avec un hébergement pour les néo-agriculteurs participant à cette expérience, abordable et coopératif et une diversification des activités appuyée par une monnaie locale complémentaire et en utilisant les synergies possibles entre les différents acteurs du territoire

Feuille de route de Paysans Terre Mer

L’enjeu de l’invention dPaysans Terre Mer s’inscrit dans la mise en adéquation d’une reconquête partielle de notre souveraineté alimentaire par une agriculture vivrière riche de lien social pour créer ainsi de l’emploi jeune celui ci « non délocalisable ! », avec notre désir de résilience territorial réactive au réchauffement climatique (inondations et incendies), avec notre désir de plus de santé par un nouveau modèle alimentaire plus méditerranéen ( régime crétois qui éloigne le cancer). 
 Quand en 2050 nous aurons en plus du transfert du climat semi aride africain, une population de l’autre coté sud de la méditerranée de 2,5 milliards d’habitants selon les démographes, peuttre seronsnous fiers d’avoir facilité l’acquisition de savoirfaire et de savoirêtre nouveaux par la jeune génération qui aura inventé, chemin faisant,  le nouveau métier des paysans de la mer.-proposition François Plassard 
 
  L’aquaponie bio s’impose naturellement comme une ressource clé, devant le constat de carence de la production agricole écologique sur le littoral méditerranéen, zone souvent dense en taux d’habitants et qui par son sol et le réchauffement climatique, manque de productions maraîchères de proximité.
Par ailleurs, par son rendement potentiel elle permet de générer une disponibilité d’organisation et de main d’œuvre active sur les espaces friches viticoles jusqu’alors délaissés. 
Il y a donc un potentiel pour des exploitations innovantes étayées  par des valeurs nourrissant une démarche éthique, globaleetcréatrice de lien humain entre les différents acteurs locaux.
Et ceci dans la proximité des zones urbaines méditerranéennes ayant des étangs, comme les secteurs du Narbonnais, de Thau et leurs alentours.
 
La première étape d’aller vers la mer sera la conception d’ un premier prototype de tortue maraîchère flottante que permettent les capteurs solaire de distillation d’eau salée en eau douce. L’économie d’eau douce par les techniques d’écologie intensive d’aquaponie (complémentarité poisson-légumes) devient déjà le socle de l’agriculture urbaine qui ne peut que se développer par souci de sécurité et  désir de lien social (déjà 400t de légumes ainsi à Washington). Notre déficit français en fruits et légumeest de 4 milliards d’euros, et depuis 1970 notre jardin maraîcher européen qu’était le Roussillon est passé de 6000 à 1000 exploitations agricoles, essentiellement par dumping social des productions du sud de l’Espagne. Avec les circuits courts, riches de lien social comme les Amap ou les jardins de cocagne, nous avons une marge de reconquête de nos souverainetés alimentaires partielles en légumes grâce à l’innovation des tortues maraîchères flottantes. 
 
La deuxième étape « d’aller vers la mer » sera une autre aquaponie ou permaculture marine sur des fermes ludion d’aquaculture intégrée (poissons, coquillage, algues comestibles) pour valoriser du printemps à l’automne l’opportunité de l’augmentation de la température de la mer ! Mais nous aurons aussi besoin d’inventer, grâce au politique, des formes d’écohabitat au coût compatible avec les revenus agricoles, comme nos anciens avaient su inventer autrefois des formes d’habitat compatibles avec la main d’oeuvre dla vigne. N’avonsnous pas dans la Loi Littoral déjà des textes législatifs sur sur les  » hameaux environnementaux » qui pourraient être directement utilisables ? 
Cette activité agri-horticole génèrera aussi une diversification des métiers associés, autour de modèles économiques basés sur la gouvernance partagée et la coordination de tous les acteurs du territoire : citoyens, associations, entreprises, collectivités et institutions.

OBJET

Paysans Terre Mer a pour objet d’expérimenter et d’installer une nouvelle agriculture paysanne et vivrière Terre Mer sur le littoral. Les nouveaux métiers générés auront de multiples conséquences telles que :

  • La reconquête de notre souveraineté alimentaire avec des circuits courts riches de lien social,
  • La promotion d’un modèle alimentaire méditerranéen ou crétois favorisant la santé,
  • L’adaptation de nos paysages aux exigences du réchauffement climatique,
  • L’invention de nouvelles manières de produire, de consommer et de vivre ensemble.

MOYENS D’ACTION

Le cadre d’intervention se fera notamment au travers de quatre axes principaux et complémentaires favorisant l’installation d’exploitation hors cadre de succession familiale :

  • les Tortues Maraîchères avec distillation solaire en Lagune-saline
  • La revitalisation des Friches Viticoles par l’agroforesterie, le lupin, le verger, l’éco-pâturage …
  • L’éco habitat adapté aux revenus agricoles, comme autrefois celui adapté pour les travailleurs de la vigne
  • La Ferme Ludion en mer permettant de nouvelles activités estivales d’écotourisme

Et tout autre moyen permettant de façon directe ou indirecte de réaliser l’objet social de l’Association.

RESSOURCES ET ACTIVITES

Pour la réalisation de ces objectifs, l’Association peut avoir recours à toutes les ressources permises par la législation en vigueur et pratiquer toutes les activités légales compatibles avec ses statuts (cotisations, subventions, dons…).

Dans ce cadre l’Association pourra mettre en œuvre des moyens et partenariats pour démarrer et engager ces activités

SIEGE SOCIAL

Paysans Terre Mer établit son siège social à : 9, Place de la Mairie, 11440 PEYRIAC DE MER
Et pourra le transférer sur simple décision du bureau

COMPOSITION

L’Association se compose de membres :
  • Sont membres toutes les personnes participant ou ayant participé au développement de l’association Paysans Terre Mer
  • Sont membres d’honneur : les créateurs de l’Association, garants de sa finalité et de ses objectifs, ainsi que les personnes ayant contribué de façon particulière au développement du projet « Paysans Terre Mer »
  • Sont membres actifs : toutes personnes physiques ou morales, à jour de leur cotisation et signataires de la charte, aussi appelés adhérents.

Les adhérents ont voix délibérative